Selon les résultats d’une étude réalisée par Pesticide Action Network (PAN), une organisation qui œuvre pour remplacer les pesticides par des produits chimiques considérés comme dangereux par des alternatives plus durables et cohérentes avec l’agriculture, Les fruits et légumes de l’UE de plus en plus contaminés par des produits chimiques persistants ou PFAS (substances perfluoroalkylées et polyfluoroalkylées).

Les SPFA Ce sont des agents chimiques artificiels présents dans tous types de produits de consommation, ces substances fluorées ont un impact négatif sur la santé humaine, elles se bioaccumulent dans l’environnement et sont dites persistantes car elles ne se biodégradent pas. Le fait est que dans l’étude réalisée, il est souligné que le niveau de substances perfluoroalkylées et polyfluoroalkylées dans les fruits et légumes, a presque triplé ces dernières années, ce qui inquiète sérieusement des organisations comme PAN.

Les PFAS sont largement utilisés dans divers secteurs industriels en raison de leurs propriétés, ils sont antiadhésifs, résistants à la chaleur et imperméabilisants, on les trouve aussi bien dans les emballages alimentaires que dans formulations de produits phytosanitaires tels que les pesticides, de sorte que l’eau potable et les aliments peuvent inévitablement être contaminés par des résidus de ces agents chimiques.

Selon le rapport du PAN, en 2021, un 20 % des fruits cultivés dans l’Union européenne contenaient des résidus d’au moins un pesticide PFAS. Il faut rappeler qu’en 2020 la Commission européenne a publié un plan stratégique pour éliminer progressivement ces produits chimiques, à l’exception de ceux qui étaient essentiels pour la société ; cependant, à ce jour, aucune proposition n’a été présentée ni aucune action entreprise.

En janvier 2023, l’Allemagne, le Danemark, la Suède, les Pays-Bas et la Norvège ont exhorté l’ECHA (Agence européenne des produits chimiques) à lancer un nouveau évaluation des risques liés aux substances perfluoroalkyles et polyfluoroalkyles. Mais on sait aussi que fin 2023, les députés ont rejeté la proposition de la CE visant à réduire l’utilisation de pesticides dans l’Union européenne, ce qui est crucial dans le cadre du Green Deal européen.

substances perfluoroalkylées et polyfluoroalkylées

Selon le PAN, l’approbation des pesticides PFAS, qui sont souvent appliqués dans différents mélanges, montre des lacunes importantes dans la évaluations de pesticides qui sont réalisées au niveau national (chaque pays de la communauté) et au niveau européen, soulignant que leur toxicité et leur persistance devraient être une raison impérieuse pour les interdire rapidement, mais c’est le contraire qui se produit.

Les chercheurs de Réseau d’action sur les pesticides ont collecté des données dans toute l’Union européenne sur l’utilisation de ces substances de 2011 à 2021, et selon les résultats, la présence de résidus de pesticides dans les fruits a augmenté de 220 % et dans les légumes de 220 % à 274 %. L’étude souligne que les pays où la présence de PFAS dans les fruits et légumes a le plus augmenté sont l’Autriche et la Grèce, et que les substances détectées le plus fréquemment sont des fongicides. trifloxystrobine et fluopyrameet l’insecticide flonicamide.

Le rapport révèle qu’en moyenne, 12 % des légumes sont contaminés par des résidus de PFAS, contre 20 % dans les fruits. Cependant, certains légumes s’avèrent aussi contaminés que les fruits, soulignant que les taux de contamination les plus élevés correspondent à la chicorée avec 42 %, aux concombres avec 30 % et aux poivrons avec 27 %. Dans les fruits, les fraises se démarquent avec 37%, les pêches avec 35% et les abricots avec 31%.

Les députés rejettent réduire l’utilisation de pesticides dans l’Union européenne, un point sur lequel certaines entreprises et organisations agricoles s’accordent, c’est pourquoi les projets du Green Deal européen visant à réduire l’utilisation de pesticides seront difficilement atteints. Vous pouvez découvrir tous les détails du rapport du Pesticide Action Network (PAN) via ce lien (PDF).

A lire également