Selon les résultats d'une recherche menée par des experts de l'Université du Colorado à Boulder (États-Unis), un régime riche en graisses pourrait provoquer de l'anxiété. Les chercheurs précisent que l'étude a été réalisée sur des rongeurs de laboratoire, mais que les résultats peuvent probablement être transférés à l'homme, même si de nouvelles recherches seront nécessaires.

En fait, certaines études réalisées sur des humains ont montré que le remplacement d'un régime alimentaire à base de Aliments ultra-transformés riches en graisses et en sucres En adoptant une alimentation plus saine, des problèmes tels que dépression et la anxiété d'une manière remarquable. Les experts expliquent que certaines personnes recherchent un soulagement aux situations de stress et d'anxiété dans la malbouffe, mais il s'agit d'un choix contre-productif qui finit par aggraver le problème.

Selon les recherches réalisées, une alimentation riche en graisses altère la flore intestinale, modifie le comportement et, par le biais du processus complexe de communication entre l'intestin et le cerveau, les substances chimiques du cerveau sont affectées, entraînant l’apparition d’anxiété. Cependant, il ne faut pas oublier que, selon une étude de l'Institut Zuckerman de l'Université de Columbia (États-Unis), il existe une voie de communication intestin-cerveau qui favorise la consommation d'aliments gras (l'intestin indique au cerveau ce qu'il veut et ce dont il a besoin).

Les experts affirment que les gens savent que ce type de les aliments riches en graisses et en sucres sont malsains, mais on a tendance à les considérer uniquement en termes de prise de poids, si l'on comprenait aussi qu'ils favorisent également l'apparition de problèmes comme l'anxiété, les risques seraient pesés de manière plus significative (ce dont nous doutons). Lors de recherches antérieures, il a été constaté que des rongeurs de laboratoire nourris avec un alimentation riche en graisses et principalement en graisses saturéesa subi une augmentation de neuroinflammation et les comportements associés à l’anxiété.

En ce sens, il convient de rappeler que, selon une étude de la faculté de médecine Charles E. Schmidt de la Florida Atlantic University, les aliments ultra-transformés associés à une teneur plus élevée en graisses saturées, ainsi qu'en colorants, conservateurs, émulsifiants, les arômes, etc., sont liés au risque d'avoir une moins bonne santé mentale, comme la dépression ou l'anxiété.

Dans l'étude visant à déterminer le relation entre la consommation de graisses et l'anxiété, les experts ont divisé les rongeurs de laboratoire en deux groupes, le premier a reçu un régime standard avec un volume moyen de 11 % de matières grasses pendant une période de neuf semaines. Le deuxième groupe a reçu un régime contenant 45 % de graisses principalement saturées provenant d’aliments d’origine animale (les chercheurs notent que le régime alimentaire américain typique contient en moyenne 36 % de graisses).

Relation entre la consommation de graisses saturées et la dépression et l'anxiété

Le suivi a été réalisé en analysant le microbiote et les échantillons fécaux des animaux pour détecter des altérations des populations bactériennes. À la fin de la période d'étude, il a été déterminé que les rongeurs qui suivaient un régime riche en graisses prenaient non seulement du poids, mais souffraient également d'une variation de leur poids. communautés bactériennes intestinales réduire leur diversité, ce qui se traduit par un pire état de santé. Les analyses ont également montré une augmentation de groupes taxonomiques spécifiques tels que Firmicutes et une réduction de Bacteroidètesdéséquilibre lié à l’obésité.

Les résultats de l'étude révèlent qu'il existe un expression accrue de gènes impliqués dans la production et la signalisation de la sérotonine dans une région du tronc cérébral associée à l’anxiété et au stress. Les experts notent que bien que la sérotonine soit considérée comme un « produit chimique du bien-être », certains sous-ensembles de neurones peuvent déclencher des réponses de type anxiété lorsqu'ils sont activés, et une expression accrue de ces gènes dans le cerveau suggère une signature moléculaire d'anxiété élevée.

Les chercheurs expliquent que même si la relation et la communication entre l'intestin et le cerveau ne sont pas entièrement comprises, on pense qu'un Un microbiome déséquilibré affecte la muqueuse intestinale, qui permet aux bactéries de pénétrer dans la circulation sanguine et de communiquer avec le cerveau par le nerf vague. On conclut qu'une alimentation riche en graisses saturées, surtout à un âge précoce, peut augmenter le niveau d'anxiété à court terme et prédisposer le cerveau à en subir les conséquences.

Il est donc recommandé de maintenir un flore intestinale saine et pour ce faire, il est nécessaire de bénéficier d'une alimentation saine et équilibrée, avec des fruits, des légumes, des aliments fermentés, etc., et bien sûr, de limiter autant que possible les aliments qui contiennent des graisses saturées. Vous pouvez découvrir tous les détails de la recherche à travers cet article publié sur le site de l'université, et dans cet autre article publié dans la revue scientifique Biological Research.

A lire également